Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

La déperdition scolaire au Sénégal/quel remède ?

Posté par: Oumar Maiga| Vendredi 16 novembre, 2012 12:33  | Consulté 760 fois  |  0 Réactions  |   

Même si le taux de scolarisation a atteint aujourd’hui la barre de 94,4%, selon le Rapport du programme élémentaire, le taux de déperdition demeure toujours une problématique au Sénégal. À en croire à Kalidou Diallo, ministre de l’Education, de l’Alphabétisation et des Langues nationales, le taux de déperdition scolaire est estimé à 40% dans notre pays.
«Le premier indicateur de qualité, c’est le taux d’achèvement. Et si vous regardez bien, quand des enfants entrent à l’école, il y a certains qui abandonnent et d’autres qui redoublent. Cela veut dire que si 100 enfants entrent au cours initial (Ci), il y a 60% de ces derniers qui arrivent au Cm2. Ce qui explique qu’il y a un taux de déperdition scolaire de 40%», a expliqué le ministre Kalidou Diallo, hier, lors du séminaire bilan avec les acteurs de l’éducation.
Soulignant que «nous avons de bons résultats dans l’accès, mais la déperdition demeure un problème», M. Diallo a indiqué qu’«on est en train de voir comment rattraper ce gap. C’est pourquoi on est en train de se rattraper par la qualité de la formation des enseignants. On a élevé le taux de recrutement des enseignants et aucun enseignant n’entre à l’école primaire sans diplôme pédagogique. Et ils sont bien traités».
Sur le taux d’accès, Kalidou Diallo d’indiquer : «Au plan des résultats, le Sénégal connaît des avancées extraordinaires en matière d’accès à l’école. En 2000, on était à 67,2% en termes de taux de scolarisation et aujourd’hui on est à 94,4% d’enfants sénégalais qui sont inscrits à l’école, donc nous approchons d’ici 2015 à la scolarisation universelle».
 Revenant sur la question des perturbations causées par la grève des professeurs, le ministre de l’Education de déclarer : «En ce qui concerne les perturbations, c’est vrai qu’il y a une nette amélioration. Mais les perturbations demeurent et l’origine de ces perturbations est liée à des questions financières. Mais les grands accords signés avec l’Etat sont respectés».
 
Aussi, ajoute-t-il : «Nous avons pu régler le plus gros problème qui est la régulation des salaires. En ce qui concernant les primes, le décret a été signé. Je l’ai reçu, il y a 5 jours. Et tout à l’heure (hier), nous allons tenir une rencontre avec le Dage (Ndlr : Directeur de l’administration générale et de l’équipement) pour avoir là où il y a des difficultés».
 Le ministre de l’Education est revenu, par ailleurs, sur la décision du chef de l’Etat d’insérer les étudiants cartouchards de l’université et les élèves qui n’ont pas réussi au Bac dans l’enseignement. «Ce qui est important dans ce projet que le Président avait vu sous l’angle gouvernemental, c’est que nous l’avions proposé aux bailleurs de fonds pour qu’ils entrent dans ce projet pour l’appuyer.
Et la bonne nouvelle, c’est que le projet soit appuyé par le système des Nations-Unies. Et il sera intégré dans le Pdef 2011-2020. Ainsi, il sera financé par le budget de l’Etat du Sénégal», a précisé Kalidou Diallo.
placé sous le thème « Les déperditions scolaires, un défi pour le système éducatif : Tous pour l’achèvement du cycle primaire », cette quatorzième édition porte la volonté des autorités de l’Enseignement de vaincre la menace que constituent les abandons prématurés et les redoublements excessifs pour l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement en éducation. En effet, le Sénégal s’était engagé à l’horizon 2015 à assurer la scolarisation de tous enfants particulièrement des filles.
Lors de la cérémonie de lancement, le Ministre de l’Enseignement Préscolaire, le l’Elémentaire, du Moyen secondaire et des langues nationales, M. Kalidou Diallo, avait souligné que le taux d’achèvement du cycle élémentaire est à 56.6% non sans relever que ceci constitue un problème majeur. « Le Sénégal a un problème sur le taux d’achèvement ». Et d’ajouter : « Les résultats engrangés ne répondent pas à l’effort des dépenses publiques ». Pour rappel, le Président Abdoulaye Wade, dans le cadre d’une politique volontariste initiée depuis quelques années consacre plus de 40% du budget de l’Etat à ce secteur.


 L'auteur  Oumar Maiga
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Oumar Maiga
Blog crée le 30/06/2012 Visité 699663 fois 620 Articles 9507 Commentaires 45 Abonnés

Posts recents
Mouvement des aigris-et le pari du seau d eau glacée
COMPLOT de mami wata contre le Mali
COMPLOT de mami wata contre le Mali
Luis Alberto Suárez m a mordu
Je le jure, je confirme, je persiste et je signe
Commentaires recents
Les plus populaires