Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Démission du Premier ministre : LE RECIT D’UNE NUIT PEU ORDINAIRE

Posté par: Oumar Maiga| Mercredi 12 décembre, 2012 14:57  | Consulté 6238 fois  |  14 Réactions  |   

Il ne s’agit pas d’un coup de tonnerre dans un ciel clair. Néanmoins l’annonce de la démission du Premier ministre Cheick Modibo Diarra a fait l’effet d’un mini séisme dans le pays, prenant presque tout le monde de court. La plupart de nos compatriotes ont appris la nouvelle hier en se réveillant. Certains couche-tard l’avaient déjà écoutée sur les antennes de nos confrères de Radio France Internationale (RFI) mais peu avaient suivi le message à l’ORTM.

« Mes chers compatriotes, notre pays, le Mali, traverse aujourd’hui la période la plus difficile de son histoire. En de pareils moments de crise, les hommes et les femmes, soucieux du devenir de notre nation, souhaitent une situation apaisée. C’est pour cela que moi, Cheick Modibo Diarra, démissionne avec tout mon gouvernement ce jour mardi 11 décembre 2012. Je m’excuse auprès de l’ensemble des populations du Mali qui souffrent de cette crise sous plusieurs formes et à tous les niveaux. Je remercie les membres du gouvernement, tous leurs collaborateurs pour les efforts dont ils n’ont pas fait économie. Je souhaite à la nouvelle équipe pleins succès dans ses missions. Que Dieu bénisse le Mali ! Je vous remercie », c’est par cette courte déclaration diffusée mardi aux environs de trois heures du matin sur la télévision nationale que Cheick Modibo Diarra a présenté sa démission.

Cheick Modibo Diarra aura donc passé près de neuf mois à la tête du gouvernement de Transition. Il avait été nommé le 17 avril, puis reconduit comme chef d’un gouvernement d’union nationale par le président de la République par intérim le 12 août.

La démission de Cheick Modibo Diarra est intervenue au moment où la situation socio-politique du pays reste tendue avec la querelle autour des concertations nationales dont la finalité est justement de mettre en place les organes de la Transition et d’adopter sa feuille de route.

Les choses sont donc allées vite mardi. Le Premier ministre avait eu une matinée ordinaire. Arrivé à son bureau, il avait reçu en audience le ministre du Commerce extérieur et de la Coopération au développement du Royaume des Pays-Bas, Mme Lilianne Ploumen, en visite dans notre pays.

Après l’audience, le chef du gouvernement avait fait enregistrer une déclaration en langue nationale bambara pour remercier les Bamakois qui ont marché samedi pour soutenir le vote de la résolution par le Conseil de sécurité de l’ONU pour le déploiement d’une force internationale dans le nord du pays. Le message devait être diffusé lundi soir à la télévision nationale.

Le Premier ministre avait ensuite déjeuné dans un restaurant thaïlandais au Quartier du fleuve avant de regagner la Primature. Ne se sentant pas bien et devant voyager en France dans la soirée, Cheick Modibo Diarra avait quitté ses bureaux aux environs de 16 heures pour regagner son domicile à Titibougou. Le chef du gouvernement devait se rendre en France pour des soins. Son médecin personnel, un médecin militaire, devait lui aussi effectuer le voyage.

D’après une source aéroportuaire, en fin d’après-midi, un groupe de transporteurs dont des conducteurs de Sotrama, s’est rendu à l’aéroport de Bamako-Sénou pour empêcher le Premier ministre de prendre son vol programmé aux environs de 22h50. Ces conducteurs appuyés par des badauds reprocheraient à Cheick Modibo Diarra d’avoir eu une attitude « méprisante » envers eux lors de leur récente grève.

Mais Cheick Modibo Diarra ne viendra pas à l’aéroport sur recommandation d’un membre du gouvernement qui avait été alerté par un responsables aéroportuaire. Ses bagages qui avaient été enregistrés seront débarqués de l’avion.

Aux environs de minuit, un groupe de militaires débarque au domicile du Premier ministre à bord de plusieurs pick-up. Face à eux, les éléments qui montaient la garde n’ont pas opposé de résistance. Entrés dans la cour après avoir ouvert le grand portail, ces militaires sont tombés sur l’aide de camp du Premier ministre, le commandant Diassana. Le chef du groupe, un capitaine aurait demandé à l’aide de camp de faire sortir le Premier ministre. En cas de besoin, ses hommes et lui défonceraient la porte du salon pour le prendre, a-t-il assuré. Pendant que les discussions étaient en cours, Cheick Modibo Diarra sort et marche vers les militaires venus l’arrêter. Sur un ton de commandement, le capitaine aurait dit : « Monsieur le Premier ministre, il faut nous suivre à Kati !».

C’est ainsi que Cheick Modibo Diarra se serait mis à la disposition des militaires. «Les militaires voulaient le faire embarquer dans un de leurs véhicules mais je leur ai proposé de le faire transporter par mon propre véhicule. C’est ainsi que le capitaine, le Premier ministre et son aide de camp sont montés dans mon véhicule. Nous avons alors pris la direction de Kati. Les autres véhicules militaires nous ont suivis», confie un proche de l’ancien chef du gouvernement.

Selon le même interlocuteur, parvenus au camp militaire de Kati, Cheick Modibo Diarra et ses collaborateurs se sont vus retirer leurs téléphones portables. « Moi je suis resté avec l’aide de camp et le Premier ministre a été conduit dans une salle où l’attendaient des officiers », précise la même source selon laquelle c’est à Kati que Cheick Modibo Diarra a signé sa lettre de démission.

C’est là-bas aussi qu’il a enregistré sa déclaration de démission qui sera diffusée plus tard à la télévision nationale.

Aux environ de trois heures du matin, un groupe de militaires est descendu avec la bande pour faire diffuser la déclaration. Pour ce faire, il a fallu remettre en marche la télé qui ne diffuse pas normalement à une heure aussi tardive.

C’est entre quatre heures et cinq heures du matin que l’ancien Premier a été reconduit à son domicile par les militaires qui sont restés sur place. Hier encore les militaires n’avaient pas bougé, plaçant de facto l’ancien Premier ministre « en résidence surveillée».

M. KEITA

 

 L'auteur  Oumar Maiga
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
Commentaires: (14)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Maiga on December 12, 2012 (17:33 PM) 0 FansN°:1
Sans être roi dans un pays de borgnes, le dard avait alerté, la semaine dernière, sur le plus prochain départ de notre martien national, Cheick Modibo Diarra, de la primature. C’est chose faite aux premières heures de la matinée d’hier mardi pendant que beaucoup de nos compatriotes étaient bien emmitouflés dans les bras de Morphée. Ce limogeage fait de manière très militaire est bien entendu une vraie délivrance pour tous les maliens qui ont le sens de la patrie et dont l’objectif, en ces moments difficiles, est simplement la remise de notre pays dans le bon sens de la marche. Car avouons-le, le Mali sous Modibo Diarra se dirigeait tout droit vers un précipice duquel il se sortirait très difficilement.



Le Premier Sinistre Plein Pouvoir, qu’il a cru être, a vraisemblablement perdu raison en se donnant même le droit de tenir tête à ceux qui l’ont fait prince. Il se prenait pour un Roi Soleil dont les désidératas avaient valeur d’actes constitutionnels. Il faisait et défaisait tout avec le concours bien avisé de proches qui, à une époque très récente, avaient fait de la démission nationale un acte majeur de gouvernance dans ce pays.



En vérité, on ne peut rien retenir du passage accidentel de Cheick Modibo Diarra à la primature à une époque ou notre Mali est en pleine déliquescence. Sinon qu’à une incompétence avérée, l’extraterrestre a rajouté le dédain et la défiance à l’endroit de ceux-là qui l’ont copté....
Maiga on December 12, 2012 (17:39 PM) 0 FansN°:2
En vérité, on ne peut rien retenir du passage accidentel de Cheick Modibo Diarra à la primature à une époque ou notre Mali est en pleine déliquescence. Sinon qu’à une incompétence avérée, l’extraterrestre a rajouté le dédain et la défiance à l’endroit de ceux-là qui l’ont copté. Choisi pour deux missions essentielles à savoir la libération de régions Nord et l’organisation d’élections propres, Cheick Modibo Diarra a avancé à reculons sur ces deux fronts.



Sur la question du Nord, aux hésitations de la communauté internationale sur la conduite à tenir face aux jihadistes, le Premier Sinistre en a mis du sien en tergiversant à chacune de ses sorties tenant un discours loin des réalités du moment. Certains de nos compatriotes en sont arrivés à se poser moult questions sur les vraies motivations du chef de gofernement démissionné. Des observateurs avisés ont pu croire que Cheick Modibo n’avait aucune volonté d’engager la bataille de la libération du Nord malgré les pleins pouvoirs à lui attribués.



A l’évidence, à part les discours creux, il n’a pu poser aucun acte afin de convaincre nos compatriotes de sa volonté d’engager la confrontation finale contre l’occupant.



L’organisation d’élections crédibles, transparentes et acceptées de tous était aussi sur la feuille de mission de notre extraterrestre. Là également, il faut le reconnaître, le Premier Sinistre Plein Pouvoir a été, dans la...
Maiga on December 12, 2012 (17:41 PM) 0 FansN°:3
A l’évidence, à part les discours creux, il n’a pu poser aucun acte afin de convaincre nos compatriotes de sa volonté d’engager la confrontation finale contre l’occupant.



L’organisation d’élections crédibles, transparentes et acceptées de tous était aussi sur la feuille de mission de notre extraterrestre. Là également, il faut le reconnaître, le Premier Sinistre Plein Pouvoir a été, dans la pratique un obstacle majeur à la mise en route du processus.



En décidant de couper les vivres à la CENI, dès les premiers jours de son mandat, il a montré une intention de serrer la pédale de frein du processus électorale. Si on ajoutait à cela sa volonté presque déclarée de se porter candidat aux futures joutes, on se rend compte que le navigateur Cheick Modibo était dans une planète à mille lieues de son Mali natal. Ses dérapages incontrôlés et ses bourdes à la pelle ont certainement fini de convaincre que le chef du gofernement n’avait pas l’étoffe d’un homme d’Etat à même de sortir notre pays de la crise.



Les antennes du dard, toujours en alerte, avaient annoncé, mercredi dernier que pour la succession de notre astrophysicien, il ya un ancien très vieux caïman du premier cercle d’affidés de GMT. Nos antennes toujours bien orientées, ont capté depuis la semaine dernière le nom du sieur Django Cissoko, ancien ministre de la Justice et aussi Ministre secrétaire Général de la République sous GMT, ci-devant...
Maiga on December 12, 2012 (17:42 PM) 0 FansN°:4
En décidant de couper les vivres à la CENI, dès les premiers jours de son mandat, il a montré une intention de serrer la pédale de frein du processus électorale. Si on ajoutait à cela sa volonté presque déclarée de se porter candidat aux futures joutes, on se rend compte que le navigateur Cheick Modibo était dans une planète à mille lieues de son Mali natal. Ses dérapages incontrôlés et ses bourdes à la pelle ont certainement fini de convaincre que le chef du gofernement n’avait pas l’étoffe d’un homme d’Etat à même de sortir notre pays de la crise.



Les antennes du dard, toujours en alerte, avaient annoncé, mercredi dernier que pour la succession de notre astrophysicien, il ya un ancien très vieux caïman du premier cercle d’affidés de GMT. Nos antennes toujours bien orientées, ont capté depuis la semaine dernière le nom du sieur Django Cissoko, ancien ministre de la Justice et aussi Ministre secrétaire Général de la République sous GMT, ci-devant médiateur de la République. Décidément l’ère GMT sans revenir au galop recreuse son sillon.
Anonyme on December 12, 2012 (17:55 PM) 0 FansN°:5
C4EST TRISTE
Anonyme on December 12, 2012 (18:04 PM) 0 FansN°:6
C'etait une nuit mouvementée. Espérons qu'ils ne l'ont pas torturé au camp militaire de Kati pour obtenir sa démission.
Anonyme on December 12, 2012 (18:05 PM) 0 FansN°:7
Tant que l'equation Sanogo n'est pas reglee au mali la crise va perdurer.Il doit disparaitre de l'echiquier politique malien pour qu'il y ait de reelles avancees.
Gorgui on December 12, 2012 (19:29 PM) 0 FansN°:8
Tant d'abnégation et autant d'irresponsabilité ! Ou est donc ce peuple admirable digne et fier ? Cette belle terre ces hommes et ces femmes débordant de patriotisme mon coeur saigne
Boy  on December 12, 2012 (20:12 PM) 0 FansN°:9
Le Copt ou Com Songo est un homme tres reveiller.
Il voudrait pas d'une marionnette, sans etre contre Mr Diarra j'aurrais voulu qu'on lui laisse une chance .
Que veux le Com.Songo? point a determiner?
Je crois que le Mali est mal placer pour parer a la guerre qui est innevitable, soit il y va seul , et il a fuit en laissant sa position et se armes sont sur place avec les rebelle.
Le Mali pour se faire aider je pense pas qu'il doit conditionner quoi que se soit.
Songo atend qu'on lui donne des bonnes armes pour faire guerre seul; C debile /
Je rappel quîl a quitter ses positions / Il refuse l'aide millitaire et plonge de plus en plus le Mali dans le desordre /
Combien de temps ces caprices vont duree?
Qui perd ? le pauvre petit peuple pendant combien de temps? ; plus qu'il en pense .
Pensez au fammille qui sont dans cette zone a leur enfant qui s'organise pour defandre leur Islam et region natal ce sont eux 1er sacrifice du capt Songo
Personne ne va lui acheter des arme pour qu'il libere son paye , les arme coute tres cher et s'achete capitain songo

Wa SALAM
Anonyme on December 13, 2012 (13:53 PM)0 FansN°: 523409
"Songo atend qu'on lui donne des bonnes armes pour faire guerre seul; C debile /"

qu'est ce qu'il a de débile. c'est ce que doit faire toute personne digne et patriote. c'est toi plutot qui est débile et sans dignité. tu veux que les autres viennent se battre pour toi? il y'a des milliers de jeunes au Mali, y'a pas besoin que des etrangers viennent se battre la bas, il suffit juste d'aider l'armée malienne à s'équiper et former ses militaires ils se battront tout seul. la menace des islamistes est exagéré, au premier coup de feu, ils vont fuir dans le desert.
Boy  on December 12, 2012 (20:21 PM) 0 FansN°:10
Un peuple fier.
Mais le jeu du cap Songo est tres dengereux pour le mali.
Je pense aussi pas que le Mali est en posture de dicter comment on l'aide,

Pourkoi acheterons nous autres pays des armes pour le Capt Songoqui est malgres tout Putchiste , quelles sont ses intentions.
Le Capt quitte sa position en laissant tout sur place, pour venire bloquer le negociation avec on le laisse seule faire sa guerre .
Cette guerre est innevitable ; soit le Mali y va seul ou se laisse aider /
Si non on restera sur le long de nos frontieres et si la situation dure je pense que le capt Songo reverra les reventication bete qui retarde le Mali.
Kalss on December 13, 2012 (02:33 AM) 0 FansN°:11
CHEIKH MODIBO DIARRA A ETE BASSEMMENT HUMILE.AH LES DIARRA TOUJOURS HUMILE COMME LEUR AIEUL LE ROI DE SEGOU DA MONZO DIARRA IL AVAIT EU LE MEME SORT.NDEYSANNI.
Mering on December 13, 2012 (06:12 AM) 0 FansN°:12
C'est vraiement degaulasse, en lisant ces minutes on est pris par une grosse envie de vomir ; tellement l'attitude des soldats maliens est méprisable.
A mon avis, il faut que la communauté intarnationale laisse le Mali résoudre son probleme.
Il faut laisser les Islamistes venir les baiser à Bamako.
Anonyme on December 13, 2012 (19:48 PM) 0 FansN°:13
REPUBLIQUE ISLAMIQUE DU MALI
C est pas mal du tout hein bande de pedes battez vous ou cedez la place

Ajouter un commentaire

 
 
Oumar Maiga
Blog crée le 30/06/2012 Visité 699949 fois 622 Articles 9538 Commentaires 45 Abonnés

Posts recents
Et si on rendait la raison émotionnelle plus accessible au negre
Et si on rendait la raison émotionnelle plus accessible au negre
Mouvement des aigris-et le pari du seau d eau glacée
COMPLOT de mami wata contre le Mali
COMPLOT de mami wata contre le Mali
Commentaires recents
Les plus populaires